enarrutrurfrit 00989131643424 mashahirgasht@gmail.com

MASHAHIR GASHT AGENCE DE VOYAGE-TOUR EN IRAN IRAN PROVINCES D'IRAN

1/Alborz

La province d’Alborz est l’une des 31 provinces d’Iran, centrée à Karaj. La majorité de la population d’Albourz s’est identifiée comme étant d’origine Perse.
Située au nord-ouest de Téhéran, la province d’Alborz comprend les comtés suivants : le comté de Karaj, le comté de Savojbolagh, le comté de Taleqan, le comté d’Eshtehard, le comté de Fardis, le comté de Nazarabad et le comté de Chaharbagh. Karaj est le siège de la province. La province d’Alborz est située à 35 km à l’ouest de Téhéran, au pied des montagnes d’Alborz, et est la plus petite province d’Iran en termes de superficie.

2/Ardabil

la province d’Ardabil s’étend sur 18 050 km2 (6 969 milles carrés), ce qui représente 1,1 pour cent de la superficie totale de l’Iran. Elle est située au nord-ouest de l’Iran, à la frontière de la République d’Azerbaïdjan et des provinces de l’Azerbaïdjan oriental, de Zanjan et la chaîne de montagnes Talesh à l’est sépare Ardabil de la province de Gilan. Son centre est Ardabil. Elle faisait autrefois partie de la province de l’Azerbaïdjan oriental et est devenue une province distincte en 1993. Sa capitale est la ville d’Ardabil, à 639 kilomètres de Téhéran.

Le nom d’Ardabil vient d’un nom zoroastrien de « Artavil » (mentionné dans Avesta) qui signifie un lieu saint.

Ardabil a un passé historique très important. Après l’invasion désastreuse des Mongols au XIIIe siècle et plus tard de Tamerlan (Timur) au XIIIe siècle, l’Iran a été déchiré et gouverné par des khanats presque indépendants, petits et faibles. Jusqu’à ce que la dynastie safavide, au début du XVIe siècle, soit née de cette région. Shah Esmail Ier, premier roi et fondateur de la dynastie safavide, a consolidé en quelques années son pouvoir sur tout l’Iran et a établi un pays uni doté d’un gouvernement central fort.

La célèbre région naturelle d’Ardabil est celle des montagnes Sabalan. La majorité de la population de la province d’Ardebil est composée d’Azerbaïdjanais. La météo dans la province d’Ardabil varie considérablement. La ville d’Ardabil connaît des hivers très froids (-23°C) et des étés très agréables. Bilasuar et Parsabad ont des étés chauds et des hivers chauds. Mais généralement, cette province est considérée comme la province la plus froide d’Iran, même si de grandes parties de la province sont vertes et boisées. La pluviométrie annuelle moyenne est d’environ 400 mm.

3/ Azerbaïdjan oriental

La province de l’Azerbaïdjan oriental s’étend sur 45 481 km2 (17 560 milles carrés) au nord-ouest de l’Iran, à la frontière de l’Arménie et de la République d’Azerbaïdjan, ainsi que des provinces d’Ardabil, de l’Azerbaïdjan occidental et de Zanjan. Sa capitale est Tabriz.

La ville historique de Tabriz est la capitale et la ville la plus importante de cette province, culturellement, politiquement, économiquement et commercialement. Un beau réseau de routes et de chemins de fer relie l’Est de l’Azerbaïdjan à d’autres régions de l’Iran ainsi qu’aux pays voisins.

Le plus haut sommet de l’Azerbaïdjan oriental est la montagne Sahand, à 3 722 m d’altitude, située au sud de Tabriz, tandis que les zones les plus basses se trouvent autour de Garmadooz (Ahar). Les hauteurs de la province peuvent être classées en trois secteurs, à savoir : les montagnes Qara Daq, les montagnes Sahand et Bozqoosh et les montagnes Qalan Kooh.

En général, l’Azerbaïdjan oriental bénéficie d’un climat frais et sec, mais les douces brises de la mer Caspienne ont une certaine influence sur le climat des zones de basse altitude. Les températures oscillent entre -10°C en hiver et jusqu’à 30°C en été. La période idéale pour visiter cette province est le printemps et l’été.

Les caractéristiques les plus remarquables d’un point de vue culturel sont la langue, l’azari, et le folklore de cette région. En dehors de cette province, elle compte également de nombreux érudits et plusieurs poètes nationaux tels que Mowlana Baba Mazeed, Khajeh Abdol Raheem Aj Abadi, Cheikh Hassan Bolqari et Abdolqader Nakhjavani, pour n’en nommer que quelques-uns, et le poète contemporain Ostad Mohammad Hossein Shahriyar. L’actuel dirigeant iranien, Ali Khamenei, est également originaire de cette région.

L’Organisation iranienne du patrimoine culturel a enregistré 936 sites d’importance historique dans la province.

La province de l’Azerbaïdjan oriental est un centre industriel de l’Iran et compte plus de 5 000 unités de fabrication, dont au moins 800 industrielles (6 % du total national) en 2004.

Certaines des principales industries telles que l’acier, les machines, le raffinage du pétrole et l’alimentation sont situées dans cette province. Tabriz occupe une excellente position dans l’industrie artisanale iranienne, ayant une part importante dans les exportations de la province. Les tapis Tabriz sont largement connus et appréciés sur les marchés internationaux pour leurs designs et couleurs éclatants. Sans aucun doute, les tapis persans doivent leur renommée à l’esprit créatif des designers et aux mains habiles des tisserands de cette région.

La province de l’Azerbaïdjan oriental est également l’une des régions d’Iran les plus riches en minéraux naturels.

4/ Azerbaïdjan occidental

La province de l’Azerbaïdjan occidental s’étend sur 37 614 km2 (14 523 milles carrés) au nord-ouest de l’Iran. Urumieh est la capitale de la province. Les cantons de Piranshahr, Oshnavieh, Bukan, Urmia, Takab, Chaldran, Khoy, Sardasht, Salmas, Shahindej, Maku, Mahabad, Miandoab et Naqadeh se trouvent dans cette province.

Cette province a un relief montagneux dans lequel les hautes montagnes du Zagros s’étendent sur une zone allant du nord-ouest au sud-est. L’eau issue de la fonte des neiges s’écoule à travers les différentes vallées des environs pour finalement se jeter dans le lac Urumieh, la rivière Kloy (Zaab).

Des conditions climatiques agréables ont créé des conditions de vie convenables dans les provinces de l’Azerbaïdjan. C’est ici que furent découvertes les premières traces de vin de l’humanité.

Sur le plan climatique, la province est influencée par les courants d’air humides de l’océan Atlantique et, pendant les mois d’hiver, les courants d’air méditerranéens ont pour effet de faire baisser la température. Généralement, le climat est variable, allant jusqu’à 34 °C pendant les mois chauds d’été et descendant jusqu’à -16 °C pendant la saison hivernale, de sorte que les villes d’Urumieh et de Maku ont des étés secs et des hivers froids, Mahabad a des étés longs et secs et des hivers extrêmement froids, tandis que Mahabad a des étés longs et secs et des hivers extrêmement froids. Naqadeh et Miandoab connaissent un climat semi-humide avec des étés doux et des hivers froids.

5/ Bushehr

Bouchehr, ville du sud-ouest de l’Iran, située au bord du golfe Persique dans une vaste plaine longeant la région côtière, capitale de la province de Bouchehr. Bushehr est un important port de pêche et de commerce (appelé Bandar-e Bushehr). C’est l’un des principaux ports d’Iran et se trouve à 1 218 km. de Téhéran et jouit d’un climat chaud et humide.

L’emplacement stratégique de la ville de Bouchehr a été la principale raison de la création du port de Bouchehr. Au cours des 1er et 2ème millénaires avant notre ère, la péninsule de Bushehr était un siège de civilisation prospère et florissante appelée « Rey Shahr ». De nombreuses reliques ont été trouvées à cet égard liées à l’ère élamite et à la civilisation de Shoush (Suse). Ces structures de « Rey Shahr » seraient liées à Ardeshir de la dynastie sassanide et « Rey Shahr » était autrefois connu sous le nom de Ram Ardeshir. Ainsi, au fil du temps, on l’a appelé Rey Shahr, puis Bushehr.

Il est évident que le golfe Persique et par conséquent la province de Bouchehr jouissent d’une situation commerciale remarquable en plus de sa situation militaire remarquable. Pour ces raisons, les Européens souhaitaient prendre le contrôle de la région et de la ville de Bouchehr. Les Portugais ont envahi la ville de Bushehr en 1506 CE et ont tenté de prendre la place des commerçants égyptiens et vinésiens qui dominaient la région.

6/ Chahar Mahaal and Bakhtiari

La province de Chahar Mahaal et Bakhtiari s’étend sur 16 201 km2 (6 255 milles carrés) au sud-ouest du plateau central de l’Iran.

7/ Isfahan/Esfahan

La province d’Ispahan s’étend sur 107 027 km2 (41 323 milles carrés) au centre de l’Iran.

Les historiens ont enregistré Espahan, Sepahan ou Ispahan initialement comme base de défense et militaire. La sécurité et la protection des châteaux et des fortifications progressivement croissants assureraient ainsi la protection des résidents à proximité, conduisant ainsi à la croissance de grandes colonies à proximité. Ces châteaux historiques étaient Atashgah, Sarooyieh, Tabarok, Kohan Dej et Gard Dej. Le plus ancien d’entre eux est Ghal’eh Sefeed et les terrains de Tamijan datant de la préhistoire. Le village historique d’Abyaneh, une attraction nationale, possède également des ruines sassanides et des temples du feu, entre autres vestiges historiques.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la province d’Ispahan jouit d’une grande prospérité en devenant la capitale de la Perse safavide. La ville de Sepahan (Ispahan) était leur siège monarchique.

La province d’Ispahan englobe aujourd’hui diverses sectes. La majorité des habitants de la province parlent le persan, mais les Bakhtiari Lurs, les Géorgiens, les Arméniens, les Qashqais et les Juifs persans résident également dans la province. La langue officielle de la province est le persan, bien que différents groupes ethniques et tribus parlent leurs propres langues, notamment le judéo-persan, l’arménien, le géorgien, le turc Qashqai et le Bakhtiari Lurish. La province d’Ispahan est connue pour le grand nombre de sommités culturelles qu’elle a produites, notamment des poètes, des érudits, des philosophes, des théologiens et des scientifiques de renommée nationale.

8/ Fars

La province du Fars s’étend sur 121 825 km2 (47 037 milles carrés) au sud du plateau central de l’Iran. Territoire du Fars ou Perse ancienne, en vieux persan : dans la partie sud de l’Iran menant au golfe Persique, qui présente des points communs historiques, continentaux, culturels et surtout dialectaux et comprend les provinces du Khouzistan, du Fars, d’Ispahan, de Bushehr, de Kohgiluyeh et de Boyer- Ahmad, Hormozgan, Chaharmahal et Bakhtiari et la partie occidentale de la province de Kerman, connue comme l’origine de la langue persane et héritée du moyen persan, qui est encore culturellement et linguistiquement distincte à ce jour. En 558 avant JC, Cyrus le Grand (Cyrus II) est né à Anshan (Perse), quelque part entre les villes d’Izeh au nord-est du Khouzistan et au sud-ouest de Chaharmahal et Bakhtiari. Cyrus le Grand fonda le Satrape de Perse (à la place de l’actuel Marvdasht, au nord de la province du Fars), puis il déplaça la capitale de l’Empire achéménide à Suse.

9/ Gilan

La province de Gilan s’étend sur 13 952 km2 (5 387 milles carrés) au nord de l’Iran. se trouve juste à l’ouest de la province de Mazandaran, le long de la mer Caspienne. Le centre de la province est la ville de Rasht. Les autres villes de la province comprennent Astara, Astaneh-e Ashrafiyyeh, Rudsar, LangRud, Souma’eh Sara, Talesh, Fuman, Masouleh et Lahijan. Le principal port portuaire de la province est Bandar-e Anzali (anciennement Bandar-e Pahlavi).

Des fouilles archéologiques révèlent que l’antiquité de la province remonte à avant la dernière période glaciaire. Au 6ème siècle avant notre ère, les habitants de Gilan s’allièrent à Cyrus le Grand et renversèrent les Mèdes. La province passe alors du contrôle d’une dynastie à l’autre.

10/ Golestan

La province du Golestan s’étend sur 20 893 km2 (8 067 milles carrés) au nord-est de l’Iran. Sa capitale est Gorgan, qui s’appelait Esterabad ou Astarabad jusqu’en 1937, avec une population de 1,7 million d’habitants en 2004. La province du Golestan a été séparée de la province de Mazandaran en 1997.

La province du Golestan est située sur la rive sud-est de la mer Caspienne. En général, le Golestan a un climat modéré et humide connu sous le nom de « climat caspien modéré ». Les facteurs déterminants d’un tel climat sont : la chaîne de montagnes de l’Alborz, la direction des montagnes, l’altitude de la zone, la proximité de la mer, la surface de la végétation, les vents locaux, l’altitude et les fronts météorologiques. En raison des facteurs ci-dessus, trois climats différents existent dans la région : plaine tempéré, montagneux et semi-aride. La vallée de Gorgan a un climat semi-aride. La température annuelle moyenne est de 18,2 degrés Celsius et les précipitations annuelles sont de 556 mm.
Sa capitale, Gorgan, se trouve à environ 400 km de Téhéran et possède un aéroport et plusieurs universités. Le parc national du Golestan se trouve à environ 150 km à l’est de cette ville.
Gorgan a contribué à la riche littérature, poésie et science de l’Iran et même du monde grâce à des célébrités telles qu’Abdolqaher Gorgani, Sayed Esmail Gorgani, Mirdamad, Mirfenderski, Asad Gorgani et Esmail Hosseini Gorgani.

Gorgan et en général la province du Golestan possède une industrie de tapis et de moquettes de renommée mondiale. Fabriqué par les Turkmènes, il est hérité de l’ancienne ville perse de Boukhara. Les tapis Jajim sont l’exclusivité de cette province.

11/ Hamadan

Hamadan (Hamedan) est situé à 336 km au sud-ouest de Téhéran sur les pentes du mont Alvand, à 190 km à l’est de Kermanshah et à 530 km au nord-ouest d’Ispahan, à une altitude de 1 800 mètres. La ville s’étend autour d’une place en forme d’étoile qui porte le nom de l’Imam (Ayatollah) Khomeini. De cette place qui a conservé son beau style architectural, six avenues divergent sous les angles de l’étoile. Hamadan a été largement développé et rénové ces dernières années, ce qui a progressivement modifié le tissu ancien de la ville. Il existe encore à Hamadan de vieux quartiers aux noms nostalgiques, outre ses grandes rues modernes et ses magnifiques parcs.

Hamadan est l’une des plus anciennes villes non seulement d’Iran mais aussi du monde. Ses origines historiques remontent à plusieurs siècles avant Jésus-Christ. Hamadan était la capitale de l’Empire Mède avant que ceux-ci ne forment une union avec les Perses et servait également de capitale d’été de l’Empire Achéménide qui s’appelait alors Ecbatana ou Hâgmatâna ; signifiant un lieu de rassemblement. Le poète Ferdowsi dit qu’Ecbatana a été construite par le roi Jamshid.
Hamadan est l’un des berceaux de la civilisation orientale au passé légendaire. Selon les archives historiques, il y avait autrefois dans cette ville un château du nom de Haft Hessar (Sept Murs) qui comptait mille pièces et sa grandeur égalait celle de la tour de Babylone.
Toutes les nations vivant autour de l’Iran ont convoité la position naturelle importante de Hamadan depuis des temps immémoriaux jusqu’aux siècles récents ; et ont envahi la ville à plusieurs reprises. Premièrement, les Assyriens détruisirent Hamadan. Elle a été détruite à maintes reprises lors de l’invasion des Mongols et de Tamerlan. Enfin, au cours des derniers siècles, les Ottomans ont attaqué la ville à plusieurs reprises ; mais Hamadan s’est dressé héroïquement contre les ennemis et a résisté courageusement à toutes les pertes qu’il avait subies.

Hamadan est la patrie de grands savants et hommes de lettres comme Elnaighozat, Khajeh Rashidoddin Fazlollah, Adham Hamadani, Baba Taher Orian et Mirzadeh Eshghi ; et les tombeaux d’Avicenne et de Baba Taher se trouvent dans cette ville. Hamadan a conservé son importance dans la période post-islamique.
Hamadan est une ville au climat doux en été. Sa beauté naturelle, notamment le mont Alvand et son magnifique sommet, ainsi que les paysages des vallées de Morad Baig et d’Abbasabad, resteront toujours dans les mémoires des visiteurs. Dans cette ville antique, des vestiges ont été mis au jour lors de fouilles archéologiques de châteaux, de forts et de villes médiques et achéménides sur les collines de Hegmataneh et de Mossalla. Les objets découverts sur ces sites, comme des tablettes, des assiettes d’or et d’argent et des outils, constituent aujourd’hui de grands musées. Pourtant, il existe de nombreux autres monuments et lieux historiques qui peuvent être visités par tous. Ceux-ci inclus:

Le Lion de Pierre :
Le Lion de pierre ou lion de pierre est un grand monument parthe qui ressemblait à l’origine à un lion. On pense qu’il existait autrefois une contrepartie à ce monument.

Tombe commémorative d’Avicenne :
La tombe du grand scientifique iranien Avicenne se trouve à Hamadan avec un bâtiment et un dôme construits en 1954. La conception du dôme s’inspire de la forme de la tour Qabous Voshmgir. Il y a une bibliothèque avec un certain nombre de manuscrits dans ce bâtiment. Dans la cour du bâtiment se trouve une tombe appartenant au poète et compositeur de la fin de la période Qajar, Abolqassem Aref.

Tombe commémorative de Baba Taher :
Le tombeau de l’auteur de nombreux distiques romantiques, Baba Taher, se trouve à Hamadan. Le bâtiment du tombeau du grand mystique a été construit ces dernières années dans un magnifique parc au nord-ouest de Hamadan.

Les sanctuaires sacrés :
Les fidèles et dévoués habitants de Hamadan ont toujours accordé une attention respectueuse aux sanctuaires sacrés. Il y a plusieurs mosquées ; mausolées et sanctuaires à Hamadan, notamment l’Imamzadeh Esmaeil, l’Imamzadeh Abdullah, la mosquée Jami’ et Khaneqah.

Les épigraphes de Ganjnameh :
La plupart des touristes expriment généralement leur intérêt pour voir les épigraphes de Ganjnameh lors de leur visite à Hamadan. Ce sont deux inscriptions qui ont été écrites sur une paroi rocheuse du mont Alvand sur ordre du gentil Darius pendant la période achéménienne. Ils sont situés dans une belle vallée appelée Abbasabad.

Le Dôme Alavide :
C’est le monument islamique le plus important de Hamadan. Il s’agit d’un bâtiment carré de la fin de la période Saljuk avec un intérieur en stuc magistral. Ce bâtiment possède une crypte contenant les tombes des membres de la famille Alavide.

La Tour Qorban :
Il s’agit d’un bâtiment en briques simples à 12 côtés avec un dôme en forme de pyramide. Il est situé dans la partie orientale de la ville ; et il y a un tombeau dans sa crypte.

Le tombeau d’Esther et Mardochée :
Ce sont les tombeaux de deux peuples juifs dont les noms apparaissent dans l’Ancien Testament. Le bâtiment est fait de briques et de pierres sur le cimetière de l’épouse de Khashayarshah (Esther) et de son oncle (Mardochée). Il y a des caisses en bois antiques et des manuscrits de l’Ancien Testament à l’intérieur du bâtiment.

Grotte d’Ali-Sadr :
La position montagneuse de Hamadan a conduit à la formation de nombreuses et belles grottes dont, selon les spécialistes, l’Alisadr est l’une des plus étonnantes. Il existe peu de grottes comme celle-ci ailleurs dans le monde. La population locale l’appelle parfois Alisadr ou Alisad. Située à 60 kilomètres au nord de Hamadan, Alisadr est une vaste grotte qui contient un lac et un labyrinthe de chambres le long duquel on peut naviguer sur des dizaines de kilomètres. L’eau claire du lac a plusieurs mètres de profondeur et les parois, le sol et le plafond de la grotte sont recouverts d’une abondance de merveilleuses stalactites et stalagmites et de diverses pierres naturelles qui ont pris la forme de divers animaux, objets et îles. Aucune créature vivante ne vit dans cette grotte et dans son eau car il n’y a pas de lumière naturelle.

Cependant, il y a une alimentation électrique dans la grotte pour l’éclairage. Dans certaines chambres, la distance entre le sol et le plafond de la grotte atteint 40 mètres, mais la hauteur moyenne de la grotte est d’environ 8 mètres. Il existe des services de navigation de plaisance avec des guides et des services de restauration pour ceux qui souhaitent visiter la grotte.

12/ Hormozgan

La province d’Homozgan s’étend sur 71 193 km2 (27 488 milles carrés) au sud de l’Iran. La province d’Hormozgan est l’une des 31 provinces d’Iran. Sa superficie est de 70 697 km2 (27 296 milles carrés) et sa capitale provinciale est Bandar Abbas. La province compte quatorze îles dans le golfe Persique et 1 000 km (620 mi) de littoral.
La province compte 13 grandes villes : Bandar Abbas, Bandar Lengeh, Hajiabbad, Minab, Qeshm, Sardasht, Sirik, Jask, Bastak, Bandar Khamir, Parsian, Rudan et Abumusa. La province compte 13 comtés (ou districts), 69 municipalités et 2 046 villages. En 2011, un peu plus de 1,5 million de personnes résidaient dans la province d’Hormozgan. Les comtés de la province d’Hormozgan sont les comtés de Parsian, Bastak, Bandar Lengeh, Abumusa, Qeshm, Khamir, Bandar Abbas, Hajjiabad, Rudan, Minab, Sirik, Bashagard et Jask.

13/ Ilam

La province d’Ilam s’étend sur 20 150 km2 (7 780 milles carrés) à l’ouest de l’Iran. La province d’Ilam est l’une des 31 provinces d’Iran. Elle est limitrophe des provinces de Kermanshah, du Lorestan et du Khuzestan. La plus grande ville et également la capitale provinciale est la ville d’Ilam avec une population de 194 030 habitants.

14/ Kerman

Ville de Kerman avec une altitude de 1755 m. est située sur une marge élevée du Kavir-e lut (désert de Lut) dans le centre-sud de l’Iran, et est la capitale de Kerman Providence. Kerman est considérée comme l’une des villes les plus anciennes et son nom est dérivé de la race germaniol répertoriée par Hérodote, et sa construction est attribuée à Ardashir I de la dynastie sassanide (Ardashir-e Babakan) au 3ème siècle de notre ère.

Kerman a été gouvernée par les Turkmènes, les Arabes et les Mongols après le 7ème siècle de notre ère et s’est rapidement développée sous la dynastie safavide. Les tapis et moquettes étaient exportés vers l’Angleterre et l’Allemagne au cours de cette période. Car c’est aussi un centre majeur de production de tapis tissés à la main du pays, et des centaines de petits ateliers disséminés dans la ville.
Kerman a eu une longue histoire mouvementée. Ce n’est que sous le règne de la dynastie Qajar que la sécurité a été rétablie dans cette ville sous le gouvernement central. Kerman compte une petite minorité zoroastrienne. La majeure partie de l’ancienne Kerman a été détruite lors d’un tremblement de terre en 1794.

La distance entre cette ville et Téhéran est de 1064 km. et se trouve sur la route de Téhéran, Bandar Abbas et Zahedan. L’aéroport de Kerman est considéré comme l’un des principaux aéroports proposant des vols quotidiens et hebdomadaires vers Téhéran, Ahwaz, Yazd, Ispahan, Bandar Abbas, Mashhad et Shiraz. Le chemin de fer transiranien traverse également cette ville.
La ville de Kerman a une pluviométrie modérée et annuelle moyenne de 135 mm. Parce qu’elle est située à proximité du Kavir-e lut, Kerman a des étés chauds et au printemps, elle connaît souvent de violentes tempêtes de sable. Sinon, son climat est relativement frais.

Masjed-e Jame (Mosquée Jame)
Masjed-e Jame ou Muzaffari est l’un des monuments historiques du 14ème siècle de notre ère, célèbre pour son magnifique portail, ses décorations de mihrab et de mosaïques, et son inscription historique, qui porte la date de 1349 de notre ère.

Ganjali Khan
Ganjali Khan était l’un des dirigeants célèbres sous le règne de Shah Abbas de Safavide. En tant que dirigeant de la province de Kerman, il a construit de nombreux monuments et bâtiments. Le complexe Ganjali Khan est composé d’une école, d’une place, d’un caravansérail, d’un bain public, d’un réservoir d’eau, d’une menthe, d’une mosquée et d’un bazar. Un certain nombre d’inscriptions déposées à l’intérieur du complexe indiquent la date exacte à laquelle ces lieux ont été construits.
Hors du complexe Ganjali Khan, les bains publics Khan situés dans le grand bazar de Kerman servent aujourd’hui de musée d’anthropologie et attirent un nombre croissant de touristes iraniens et étrangers. Il s’agit d’une œuvre architecturale unique avec de magnifiques carrelages, peintures, stucs et arches.
Le bain a rendu service il y a au plus 60 ans. Dans la section placard et dans la cour principale du bain se trouvent de nombreuses statues réalistes. Ces statues ont été conçues à la faculté des beaux-arts de l’université de Téhéran en 1973 puis transférées dans ce musée.

Ce complexe a été construit à l’époque safavide (1501 – 1722 CE) et bénéficie d’un style architectural moderne de l’époque. Ce bain est une association d’architecture et d’application d’une gamme de matériaux de construction dans un espace approprié aux approches totalement populaires. L’architecte du bain et du complexe est un maître de la ville de Yazd nommé Mohammad Sultani.

15/ Kermanshah

Kermanshah est l’une des anciennes villes d’Iran et on dit que “Tahmores Divband”, un dirigeant mythique du Pishdadian l’avait construite. Certains attribuent ses constructions à Bahram de la dynastie sassanide, 4ème siècle de notre ère. Sous le règne de Qobad Ier et d’Anoushirvan Sassanid, Kermanshah était au sommet de sa gloire. Et puis c’est devenu la résidence royale secondaire.
Les preuves indiquent que cette province est la demeure de l’homme depuis le Paléolithique et le Néolithique. Compte tenu des monuments historiques trouvés à Kermanshah, elle était très glorieuse à l’époque achéménide et sassanide et était très appréciée par les rois de cette époque. Mais l’invasion arabe a subi de gros dégâts. Durant la période safavide, elle a fait de grands progrès. Parallèlement à l’attaque afghane et à la chute d’Ispahan, Kermanshah a été détruite en raison de l’invasion ottomane. Les Kurdes, les Lors, les Arabes et les Turcs sont des peuples vivant dans cette province. Outre les habitants des villes et villages, il existe des sociétés nomades dans toute la province. La langue prédominante est le farsi, mais le kurdi et d’autres langues sont également parlées. Depuis le Paléolithique jusqu’à nos jours, cette région a abrité de nombreux peuples.
Les monuments appartiennent à l’époque sassanide ainsi que le caravansérail et le pont de la période safavide, indiquant la grande importance de ce quartier à différentes époques.

Inscription de Darius Ier le Grand à Bisotoun (VIe siècle avant notre ère) : Sur un site situé à environ 1 300 mètres d’altitude dans les montagnes, l’un des sites les plus célèbres de l’archéologie du Proche-Orient attire les passants depuis des temps immémoriaux. C’est ici que Sir Henry Rawlison a copié l’inscription trilingue de Darius Ier des Achéménides, fouillée en 522 avant notre ère. En vieux persan, élamite et akkadien, étape importante dans l’éventuel déchiffrement du cunéiforme au milieu du XIXe siècle. Le relief de Bisotoun au-dessus de l’inscription représente Darius face aux neuf rois rebelles, que les dirigeants achéménides ont mis en majuscule lorsqu’il est arrivé au pouvoir.
Tagh-e Bostan, reliefs sassanides (224-651 avant notre ère) : Les rois sassanides ont choisi un cadre sensationnel pour leurs reliefs rocheux Taghe-e-Bostan, à six kilomètres au nord-est de Kermanshah. Une source sacrée jaillit d’une falaise de montagne et se jette dans un grand bassin réfléchissant. Dans Writer, toute la scène est enveloppée de brume et de nuages.

L’un des reliefs les plus impressionnants, à l’intérieur de la plus grande grotte ou « ivan », est le gigantesque cheval du roi sassanide, Khosrow II (591-628 CE) monté sur son destrier préféré, Shabdiz. Le cheval et le cavalier portent une armure de combat complète. Il y a deux scènes de chasse sur le côté opposé de l’Ivan, l’une représente la chasse au sanglier impériale et l’autre, dans un esprit similaire, montre le roi traquant le cerf. Les éléphants chassent le sanglier d’un lac marécageux pour le roi qui se tient debout avec un arc et des flèches à la main, accompagné par des musiciennes qui le suivent dans d’autres bateaux. Ces scènes de chasse royale sont parmi les plus vivants de tous les reliefs rupestres, de véritables peintures murales narratives en pierre. Sautant 1 300 ans dans le temps, le relief supérieur montre le roi Qajar du 19e siècle, Fath-Ali Shah, tenant sa cour.

Le temple d’Anahita (200 avant notre ère) à Kangavar : Kangavar est une petite ville d’une grande antiquité située à mi-chemin entre Hamadan et Kermanshah (90 km à l’est de Kermanshah). Vers 200 avant JC, pendant l’occupation grecque séleucide de Kangavar, un sanctuaire majeur fut érigé pour la déesse mère Anahita qui était vénérée dans l’ancienne Perse avec Ahura-Mazda et Mithra.

Ce vaste temple a été construit avec d’énormes blocs de pierre de taille avec une entrée imposante d’escaliers opposés qui pourraient avoir été inspirés par l’Apadana de Persépolis.

16/ Khorasan e Jonobi / South Khorasan

South Khorasan Province is a province located in eastern Iran. Birjand is the centre of the province. The other major cities are Ferdows, Tabas and Qaen.

This new province, is but the old Quhistan which was included into greater Khorasan in the Iranian administrative planning. However, historically Qohistan forms a separate entity, with a distinct culture, history, environment and ecology.

South Khorasan is one of the three provinces that were created after the division of Khorasan in 2004. While at the beginning, the newly created “South Khorasan” included only Birjand County and some new counties detached from that county (i.e. Nehbandan, Darmian and Sarbisheh), in subsequent years, all northern and western cities and territories of the old Quhistan (such as Qaen, Ferdows and Tabas) have been annexed into the South Khorasan.

South Khorasan Province consists of 11 counties: Birjand County, Ferdows County, Tabas County, Qaen County, Nehbandan County, Darmian County, Sarbisheh County, Boshruyeh County, Sarayan County, Zirkuh County and Khusf County.

17/ Khorasan e Razavi/Razavi Khorasan

La province du Khorasan Razavi se trouve au nord-est de l’Iran. Il borde l’Afghanistan à l’est et le Turkménistan au nord. C’était une partie de l’ancienne province du Khorasan qui, en 2004, a été divisée en trois provinces du « Korasan du Nord », du « Khorasan Razavi » et du « Khorasan du Sud ».

Mashhad est la capitale de la province ; Ghouchan, Dargaz, Chenaran, Sarakhs, Fariman, Torbat-e Jam, Taybad, Ferdows, Ghayen, Khaf, Rashtkhar, Kashmar, Bardaskan, Neyshabour, Sabzevar, Gonabad, Kalat et Khalil Abad sont d’autres villes du Khorasan du Sud.

18/ Khorasan e Shomali /Khorassan du Nord

La province du Khorasan du Nord se trouve au nord de l’Iran. C’était une partie de l’ancienne province du Khorasan qui, en 2004, a été divisée en trois provinces du « Khorasan du Nord », du « Khorasan Razavi » et du « Khorasan du Sud ».

Bojnord est la capitale de la province ; Shirvan, Jajarm, Maneh et Samlaghan et Esfarayen sont d’autres villes de la province.

19/ Khuzestan

La province du Khouzistan s’étend sur 63 213 km2 (24 407 milles carrés) au sud-ouest de l’Iran, à la frontière de l’Irak et du golfe Persique. Ahvaz est la capitale de cette province et ses villes sont Abadan, Behbahan, Dezful, Khorramshahr, Bander Imam, Shoush (Susa), Masjed Soleiman, Andimeshk, Mah Shahr, Ramhormoz, Omidiyeh, Shushtar, Izeh, Hoveizeh, Aqa Djari, Shadegan et Soosangerd.

Fondamentalement, la province du Khouzistan peut être divisée en deux régions, les plaines et les régions montagneuses. Les terres agricoles sont fertiles et se trouvent principalement à l’ouest de la province, irriguées par les rivières Karun, Karkheh et Jarahi. Ces trois grands fleuves permanents coulent sur tout le territoire contribuant à la fertilité des terres. Karun, le plus grand fleuve d’Iran, long de 850 kilomètres, se jette dans le golfe Persique par cette province.

Le nom Khuzestan, qui signifie « Le pays des Khuzi », fait référence aux premiers habitants de cette province, le peuple Khuzi. Le Khouzistan est situé dans la partie sud de la chaîne de montagnes du Zagros, qui couvre le nord et l’est de la province. Le climat du Khouzistan est généralement chaud et humide, particulièrement dans le sud, tandis que les hivers sont beaucoup plus agréables et secs.

La province du Khouzistan s’étend sur 63 213 km2 (24 407 milles carrés) au sud-ouest de l’Iran, à la frontière de l’Irak et du golfe Persique. Ahvaz est la capitale de cette province et ses villes sont Abadan, Behbahan, Dezful, Khorramshahr, Bander Imam, Shoush (Susa), Masjed Soleiman, Andimeshk, Mah Shahr, Ramhormoz, Omidiyeh, Shushtar, Izeh, Hoveizeh, Aqa Djari, Shadegan et Soosangerd.

Fondamentalement, la province du Khouzistan peut être divisée en deux régions, les plaines et les régions montagneuses. Les terres agricoles sont fertiles et se trouvent principalement à l’ouest de la province, irriguées par les rivières Karun, Karkheh et Jarahi. Ces trois grands fleuves permanents coulent sur tout le territoire contribuant à la fertilité des terres. Karun, le plus grand fleuve d’Iran, long de 850 kilomètres, se jette dans le golfe Persique par cette province.

Le nom Khuzestan, qui signifie « Le pays des Khuzi », fait référence aux premiers habitants de cette province, le peuple Khuzi. Le Khouzistan est situé dans la partie sud de la chaîne de montagnes du Zagros, qui couvre le nord et l’est de la province. Le climat du Khouzistan est généralement chaud et humide, particulièrement dans le sud, tandis que les hivers sont beaucoup plus agréables et secs.

La ziggourat de Choqa Zanbil au Khouzistan était une magnifique structure de l’empire élamite iranien.

Le Khouzistan est habité par un certain nombre de groupes ethniques et de peuples. Les Perses indigènes des grandes villes, les tribus arabes iraniennes, les Bakhtiari, Behbahani et Luri du nord, les tribus Qashqai et Afshari, les Arméniens, les peuples de Dezful, Shushtar et les habitants des régions côtières du golfe Persique constituent tous la population. de la province du Khuzestan.

Les groupes persans du Khuzestan occidental parlent tous des dialectes distincts, propres à leurs régions. De nombreux Khuzestanis sont bilingues et parlent à la fois le persan et l’arabe. Il n’est pas rare non plus de trouver des personnes capables de parler divers dialectes indigènes en plus du leur.

La musique folklorique du Khuzestani est colorée et festive, et chaque groupe autochtone a ses propres traditions et héritages dans cette région.

La population du Khouzistan est majoritairement chiite, avec de petites minorités sunnites, juives et chrétiennes. Les Khuzestanis sont également très appréciés pour leur hospitalité et leur générosité.

Les fruits de mer sont la partie la plus importante de la cuisine du Khuzestan, quelques-uns à mentionner sont le “qaliye-mahi” (ragoût de poisson), le “qaliye-meygu” (ragoût de crevettes), le “ashe-mohshala” (une soupe de petit-déjeuner Khorramshahri) et le “soboor”. qui est préparé avec des épices lourdes, des oignons et de la coriandre.

La province du Khuzestan est l’un des centres de civilisation ancienne, basée autour de Suse. Des archéologues français tels que Jaques De Morgan datent la civilisation ici de 8 000 avant notre ère lors de fouilles dans des zones telles que Tal-e Ali Kosh. Le premier empire à grande échelle basé ici fut celui des puissants Élamites du 4e millénaire avant notre ère, un royaume non sémitique indépendant de la Mésopotamie. Les ruines archéologiques confirment que toute la province du Khuzestan abrite la civilisation élamite.

Autrefois, les Iraniens appelaient le Khouzistan Elam ; et historiquement, les historiens appellent cette province l’ancienne Elam, dont la capitale était à Suse. Le Khuzestan est la plus ancienne province iranienne et est souvent désignée en Iran comme le « berceau de la nation », car c’est la région où les tribus aryennes se sont installées pour la première fois, assimilant la population élamite indigène et jetant ainsi les bases des futurs empires perses. de Médine, Achéménide, Parthe et Sassanide.

La province du Khuzestan est l’un des centres de civilisation ancienne, basée autour de Suse. Des archéologues français tels que Jaques De Morgan datent la civilisation ici de 8 000 avant notre ère lors de fouilles dans des zones telles que Tal-e Ali Kosh. Le premier empire à grande échelle basé ici fut celui des puissants Élamites du 4e millénaire avant notre ère, un royaume non sémitique indépendant de la Mésopotamie. Les ruines archéologiques confirment que toute la province du Khuzestan abrite la civilisation élamite.

Autrefois, les Iraniens appelaient le Khouzistan Elam ; et historiquement, les historiens appellent cette province l’ancienne Elam, dont la capitale était à Suse. Le Khuzestan est la plus ancienne province iranienne et est souvent désignée en Iran comme le « berceau de la nation », car c’est la région où les tribus aryennes se sont installées pour la première fois, assimilant la population élamite indigène et jetant ainsi les bases des futurs empires perses. de Médine, Achéménide, Parthe et Sassanide.

En 640 avant notre ère, les Élamites furent vaincus par Ashurbanipal qui passa sous le règne des Assyriens qui détruisirent Suse et Chogha Zanbil. Mais en 538 avant notre ère, Cyrus le Grand put reconquérir les terres élamites. La ville de Suse fut alors proclamée l’une des capitales achéméniennes. Darius le Grand y érigea ensuite un grand palais connu sous le nom de Hadish en 521 avant notre ère. Mais cette étonnante période de gloire et de splendeur de la dynastie achéménienne prit fin avec l’invasion d’Alexandre de Macédoine. Et après Alexandre, la dynastie Séleucide a gouverné la région.

Alors que la dynastie séleucide s’affaiblissait, Mehrdad Ier le Parthe (171-137 avant notre ère) remporta la victoire sur la région. Pendant la dynastie sassanide, cette région a énormément prospéré et a prospéré, et cette dynastie était responsable des nombreuses constructions érigées à Ahvaz, Shushtar et Andimeshk.

Le centre intellectuel ou ville de l’empire sassanide était Jondishapour (ou Gundishapur), fondée en 271 CE, par Shapur Ier, l’un des dirigeants les plus puissants de la dynastie sassanide, au Khouzistan près d’Ahvaz et non loin de la rivière Karun. Gundishapur abritait le plus ancien hôpital universitaire connu au monde et comprenait également une bibliothèque et une université. Selon « The Cambridge History of Iran (vol 4, p396.) », c’était le centre médical le plus important du monde antique (défini comme l’Europe, la Méditerranée et le Proche-Orient) aux 6e et 7e siècles. Le centre médical de Jondishapour était la Mecque de son époque et attirait d’éminents scientifiques médicaux de Grèce, d’Égypte, d’Inde et de Rome, ce qui montre l’importance et la prospérité de cette région dans l’Antiquité.

L’Académie Jondishapour (ou Gundishapur) proposait une formation non seulement en médecine mais aussi en philosophie, théologie et sciences. Les facultés étaient dispensées non seulement dans les traditions zoroastriennes et perses, mais également dans l’apprentissage grec et indien.

En 639 CE, les Arabes musulmans, sous le commandement d’Abu Musa Al-Ash’ari de Bassorah, envahirent le Khouzistan et chassèrent les Perses Hormozan d’Ahvaz. Suse tomba en deux jours, alors Hormozan s’enfuit à Shushtar où ses forces furent assiégées par les envahisseurs arabes pendant 18 mois. Shushtar tomba finalement en 642 de notre ère. Eux, les envahisseurs arabes, purgèrent toute la population nestorienne de la ville avec l’évêque d’Hormizd. S’ensuivirent ensuite les conquêtes de Jondishapour et de nombreux autres districts du Khuzestan. La bataille de Nehavand a finalement assuré le Khouzistan aux envahisseurs musulmans.

20/ Kohkiluyeh and Buyer Ahmad

La province de Kohkiluyeh et Buyer Ahmad s’étend sur 15 563 km2 (6 009 milles carrés) au sud de l’Iran. La province de Kohgiluyeh et Boyer-Ahmad est l’une des trente et une provinces d’Iran. Les habitants parlent principalement la langue Luri. Les comtés de Kohgiluyeh et de la province de Boyer-Ahmad sont le comté de Bahmai, le comté de Landeh, le comté de Boyer-Ahmad, le comté de Charam, le comté de Dana, le comté de Basht et le comté de Gachsaran.

21/ Kurdistan / Kordestan

La province du Kurdistan s’étend sur 28 817 km2 à l’ouest de l’Iran. Il est délimité par l’Irak à l’ouest, la province de Le de l’ouest de l’Azerbaïdjan au nord, Zanjan au sud-ouest et Kermanshah au sud. La capitale de cette province est Sanandaj, et ses autres grandes villes sont : Baneh, Bijar, Divandarreh, Ghorveh, Kamyaran, Marivan et Saqqez.

Les autres activités majeures des habitants sont l’agriculture et l’élevage moderne. Le blé, l’orge, les céréales et les fruits sont les principaux produits agricoles. Les industries chimiques, métallurgiques, textiles, du cuir et alimentaires constituent les principales activités industrielles de cette province. Le Kurdistan est une région essentiellement montagneuse avec des printemps et des étés doux, offrant des conditions idéales pour les loisirs.

Ville de Sanandaj
La ville de Sanandaj est la capitale du Kurdistan et se situe à 512 km de Téhéran, à 1 480 m d’altitude.

Bien que la province du Kurdistan possède des traces archéologiques qui remontent à des milliers d’années avant JC, lorsque les Kurdes aryens se sont installés pour la première fois dans ces régions, Sanandaj elle-même est une ville plutôt nouvelle et a été construite il y a moins de 200 ans.

La province du Kurdistan a succombé à l’armée musulmane vers 642 après JC. et la plupart des habitants ont accepté l’Islam qui est aujourd’hui la religion prédominante de la région.

Sanandaj était très prospère à l’époque safavide mais fut complètement détruite à l’époque de Karim Khan de la dynastie Zand. Elle a ensuite été choisie pour être la capitale de cette province et est actuellement l’une des villes les plus importantes de l’ouest de l’Iran.

22/ Lorestan

La province du Lorestan s’étend sur 28 392 km2 (10 962 milles carrés) à l’ouest de l’Iran. La province du Lorestan est une province de l’ouest de l’Iran située dans les monts Zagros.
Le Lorestan couvre une superficie de 28 392 km2. Les principales villes de cette province sont Khorramabad, Borujerd, Dorud, Aligudarz, Kuhdasht, Azna, Aleshtar, Nurabad et Pol-e Dokhtar.

23/ Markazi

La province de Markazi est l’une des 31 provinces d’Iran. Le mot Markazi signifie central en persan.

Markazi se trouve au centre de l’Iran. Sa capitale est Arak.

Les principales villes de la province sont : Saveh, Arak, Mahallat, Zarandiyeh, Khomein, Delijan, Tafresh, Ashtian, Shazand (anciennement Sarband) et Farahan.

24/ Mazandaran

La province de Mazandaran s’étend sur 23 833 km2 (9 202 milles carrés) au nord de l’Iran, bordant la mer Caspienne au nord, les provinces de Téhéran et de Semnan se trouvent au sud. À l’ouest, elle a des frontières communes avec la province de Gilan et à l’est se trouve la province du Golestan. Mazandaran faisait partie de l’ancienne province perse d’Hyrcanie.

Sari est la capitale provinciale. La province couvre une superficie de 23 833 m². km. Les cantons de la province sont : Amol, Babol, Babolsar, Behshahr, Tonekabon, Chaloos, Ramsar, Savad Kooh, Qaem Shahr, Mahmood Abad, Neka, Noor et Noshahr.

Le mazanderani ou tabari est une ancienne branche nord-ouest des langues iraniennes. Notamment, la langue n’a pas subi l’influence d’autres langues entrantes telles que le mongol, l’arabe ou le tatar, et est toujours parlée dans divers dialectes de la région.

25/ Qazvin

La province de Qazvin s’étend sur 15 491 km2 (5 981 milles carrés) au nord-ouest du plateau central de l’Iran ; et est délimité au nord par Mazandaran et Gilan, à l’ouest par Hamedan et Zanjan, au sud par Markazi et à l’est par les provinces de Téhéran. Sa capitale provinciale est aujourd’hui Qazvin, qui a été un centre culturel de masse tout au long de l’histoire.

Le climat de la province dans les parties nord est froid et neigeux en hiver et tempéré en été. Dans le sud, le climat est doux avec des hivers relativement froids et des étés chauds.
Les montagnes célèbres de la province sont Siälän 4175 m et Shäh Alborz 4056 m, qui font partie de la chaîne centrale de l’Alborz.

Les découvertes archéologiques dans la plaine de Qazvin révèlent l’existence d’établissements agricoles urbains dès 7000 avant notre ère. Le nom « Qazvin » ou « Kasbin » est dérivé de Cas, une ancienne tribu qui vivait au sud de la mer Caspienne il y a des millénaires. Qazvin est historiquement également rendu par « Kazvin », « Kasvin » et « Casbin » dans les textes occidentaux. La mer Caspienne elle-même tire son nom de la même origine. Qazvin relie géographiquement Téhéran, Ispahan et le golfe Persique à la côte caspienne et à l’Asie Mineure, d’où son emplacement stratégique à travers les âges.

Qazvin a été un foyer de développements historiques dans l’histoire iranienne. Dans les premières années de l’ère islamique, Qazvin servait de base aux envahisseurs arabes. Détruit par Gengis Khan (XIIIe siècle), les monarques safavides firent de Qazvin la capitale de l’empire safavide en 1548, pour ensuite la déplacer à Ispahan en 1598. Durant la dynastie Qajar et la période contemporaine, Qazvin a toujours été l’un des principaux acteurs gouvernementaux. centres en raison de sa proximité avec Téhéran.

La mosquée Jame Atigh est l’une des plus anciennes mosquées d’Iran construite sur ordre de Harun al-Rashid en 807 de notre ère. Malgré l’invasion mongole dévastatrice, cette mosquée existe encore aujourd’hui dans toute sa splendeur.

Une autre grande attraction de la province de Qazvin sont les tombeaux de deux princes de l’ère Saljuki, Aboo Saeed Bijar, fils de Sad et Aboo Mansoor Iltai, fils de Takin, qui sont situés dans deux tours distinctes connues sous le nom de tours jumelles de Kharaghan. Construits en 1067, ce sont les premiers monuments de l’architecture islamique à comporter un dôme non conique à deux couches. Malheureusement, les deux tours ont été gravement endommagées par un tremblement de terre dévastateur en mars 2003.

26/ Qom

La province de Qom s’étend sur 11 237 km2 (4 339 milles carrés) au nord du plateau central de l’Iran. Cette province a été formée à partir d’une partie de la province de Téhéran en 1995 et sa capitale provinciale est la ville de Qom.

Le climat de la province de Qom varie entre un climat désertique et semi-désertique et comprend des zones montagneuses, des contreforts et des plaines. En raison de sa situation proche d’une région aride et de son éloignement de la mer, elle bénéficie d’un climat sec, avec une faible humidité et de faibles précipitations. Les activités agricoles ne sont pas possibles dans la majeure partie de cette province, notamment près des régions des lacs salés.
La province de Qom possède deux grands lacs salés, à savoir : le « lac Howz-e Soltan », visible depuis l’autoroute Qom-Téhéran, et le plus grand « lac Namak » plus à l’est.

Qom aurait existé à l’époque préislamique. Les découvertes architecturales indiquent que Qom était une zone résidentielle du 5ème millénaire avant JC. Selon les reliques préislamiques et les textes historiques, Qom était une grande ville. « Kom » était le nom de l’ancien rempart de la ville de Qom, c’est pourquoi les Arabes l’appelaient Qom lors des conquêtes arabes de l’Iran.

C’est sous le règne du deuxième calife Omar, que le centre de Qom fut capturé par les musulmans. Pendant la persécution des Alavides par les Omeyyades et les Abbassides, de nombreux Alavides ont fui vers Qom, en faisant leur résidence permanente. Lorsque la dynastie Bouyide au 10ème siècle (« Al-e Booyeh » en persan) est arrivée au pouvoir, appartenant à la communauté alavide. C’est sous ce règne que la ville de Qom s’agrandit et prospère. À l’époque seldjoukide, au XIe siècle, la ville a également prospéré rapidement. Pendant l’invasion mongole, la ville a été détruite, mais après la conversion à l’islam du sultan Öljeitü Khoda Bandeh de la dynastie ilkhanide, la ville a reçu une attention particulière, témoin ainsi d’un renouveau.
À la fin du XIVe siècle, la ville fut pillée par Tamerlan lorsque les habitants furent à nouveau massacrés. Pendant les périodes du règne des “Qarah Qoyoonlou”, “Aq Qoyoonlou”, et spécialement sous le règne des Safavides, Qom a attiré une attention particulière et s’est progressivement développée. Au cours de l’ère safavide, Qom est devenu l’un des centres théologiques importants en relation avec l’islam chiite, ainsi qu’un lieu de pèlerinage et un pivot religieux vital.

Lors de l’invasion afghane, la ville de Qom a subi de lourds dégâts et ses habitants ont été confrontés à de graves difficultés économiques. Qom a encore subi des dommages sous les règnes de Nadir Shah et les conflits entre les deux familles de Zandieh et de Qajar afin d’accéder au pouvoir en Iran. À la fin du XVIIIe siècle, Qom passa sous le contrôle d’Agha Mohammad Khan Qajar. La ville de Qom a prospéré à l’époque Qajar et a toujours reçu une attention religieuse particulière de la part des monarques Qajar et de leurs familles.

Aujourd’hui, la ville de Qom est considérée comme l’un des centres focaux du chiisme en Iran et dans le monde. Son séminaire (école théologique) et le sanctuaire sacré de « Hazrat Ma’soomeh » sont des caractéristiques marquantes de Qom et sa proximité avec Téhéran lui a également conféré un avantage.

27/ Semnan

La province de Semnan s’étend sur 96 816 km2 (37 381 milles carrés) au nord-est du plateau central de l’Iran et sa capitale est Semnan. Les cantons de la province comprennent Semnan, Damqan, Shahrood et Garmsar.

Il s’étend le long de la chaîne de montagnes Alborz et borde le désert de Dasht-e Kavir dans sa partie sud. La province est divisée en deux parties : une région montagneuse et les plaines au pied des montagnes. Le premier offre un champ d’activités récréatives et constitue une source de minéraux, tandis que le second englobe certaines anciennes villes d’Iran, où se trouvait l’une des capitales de l’empire parthe.

Semnan peut être divisé en seize secteurs de l’époque d’Avesta. Pendant les périodes médiane (Mèdes) et achéménide, elle représentait l’une des plus grandes satrapies (provinces) de l’empire.

28/ Sistan and Baluchistan

La province du Sistan-Baloutchistan s’étend sur 178 431 km2 (68 893 milles carrés) au sud-est de l’Iran, à la frontière du Pakistan et de l’Afghanistan et sa capitale est Zahedan. Ses principales villes sont Khash, Iranshahr, Saravan et le port franc commercial de Chabahar sur la côte du golfe d’Oman.

La province comprend deux sections, le Sistan au nord et le Baloutchistan au sud. Dans le sud du Sistan-Baloutchistan, la population est majoritairement baloutche et parle la langue baloutche. Le nom Baloutchistan signifie « Terre des Baloutches » en farsi. De même, le nom persan Sistan vient du vieux persan Sakastana, signifiant « Terre des Saka ».

De nombreux érudits, orateurs et personnalités littéraires sont issus de cette partie de l’Iran, parmi lesquels les réputés Farrokhi Sistani, Yaqoub ibn Layth Saffar et Rostam (grand héros mythique et champion du livre de Shahnameh ou « L’épopée des rois »). .

Dans les épigraphes de Bistoon et de Persépolis, le Sistan est mentionné comme l’un des territoires orientaux de Darius le Grand (Darius Ier de l’Achéménide). Le nom Sistan, comme mentionné ci-dessus, est dérivé de Saka, l’une des tribus aryennes qui avaient pris le contrôle de cette région en 128 avant notre ère. De la période sassanide jusqu’au début de la période islamique, le Sistan a connu un essor considérable.

Sous le règne d’Ardashir Ier des Sassanides, le Sistan passa sous la juridiction des Sassanides et, en 644 de notre ère, les envahisseurs arabes en prirent le contrôle alors que l’empire perse était dans ses derniers instants d’effondrement.

29/ Tehran

La province de Téhéran s’étend sur 18 909 km2 (7 301 milles carrés) au nord du plateau central de l’Iran. Cette province a des frontières communes avec la province de Mazandaran au nord, la province de Qom au sud, la province de Semnan à l’est et la province de Qazvin à l’ouest. La métropole de Téhéran n’est pas seulement la capitale de la province, mais aussi la capitale de l’Iran. Depuis 2005, cette province comprend treize cantons, quarante-trois municipalités et 1 358 villages.

La province a pris de l’importance lorsque Téhéran a été revendiquée comme capitale par Agha Mohammad Khan de la dynastie Qajar en 1778. Aujourd’hui, Téhéran se classe parmi les 20 premières villes métropolitaines du monde en termes de taille.

La province de Téhéran compte 12 147 543 habitants et constitue la région la plus densément peuplée d’Iran. Environ 86,5 % résident dans les zones urbaines et 13,5 % dans les zones rurales de la province.

Téhéran est le cœur commercial de l’Iran et compte plus de 17 000 unités industrielles, soit environ 26 % de toutes les unités iraniennes. La province représente près de 30 % de l’économie iranienne et représente 40 % du marché de consommation iranien. La province possède trois barrages hydroélectriques, à savoir Latiyan, Lar et Amir Kabir, ainsi que deux lacs naturels, qui assurent l’approvisionnement en eau de Téhéran et de la province.
La province compte 170 mines, plus de 330 kilomètres carrés de forêts et plus de 12 800 kilomètres carrés de pâturages. Les plus grands fleuves de cette province sont les rivières Karaj et Jajrud.

Le point culminant de la province est le mont Damavand à 5 678 m d’altitude, et le point le plus bas de la province étant les plaines de Varamin, à 790 m d’altitude.

Des chaînes de montagnes telles que l’Alborz s’étendent au nord ; Savad Kooh et Firooz Kooh sont situés au nord-est ; Les montagnes Lavasanat, Qarah Daq, Shemiranat, Hassan Abad et Namak se trouvent dans les zones méridionales ; Bibi Shahr Banoo et Alqadr sont situés au sud-est et les hauteurs de Qasr-e-Firoozeh sont situées à l’est de la province.

Le climat de la province de Téhéran dans les régions du sud est chaud et sec, mais dans les environs des montagnes il est froid et semi-humide, et dans les régions les plus élevées il est froid avec des hivers longs. Les mois les plus chauds de l’année s’étendent de la mi-juillet à la mi-septembre, lorsque les températures varient entre 28° et 35° C, et les mois les plus froids, entre 7° et -5° C, vers décembre-janvier. La ville de Téhéran a des hivers modérés et des étés chauds. Les précipitations annuelles moyennes sont d’environ 400 mm, le maximum étant atteint pendant la saison hivernale.

30/ Yazd

La première mention de la ville de Yazd dans les archives historiques remonte à environ 3 000 ans avant JC. lorsqu’il était apparenté au nom d’Ysatis, et faisait alors partie du domaine des Mèdes, un ancien colon d’Iran.

Au cours de l’histoire, en raison de son éloignement des capitales importantes et de son environnement naturel hostile, Yazd est restée à l’abri des mouvements de troupes majeures et des destructions dues aux guerres. Elle a donc conservé bon nombre de ses traditions, de ses formes urbaines et de son architecture jusqu’à une époque récente.

Lors de l’invasion de Gengis Khan au début des années 1200 après JC. Yazd est devenu un refuge et un foyer pour de nombreux artistes, intellectuels et scientifiques fuyant les villes ravagées par la guerre autour de la Perse.
Pendant une brève période, Yazd fut la capitale des dynasties Atabakan et Mozaffarid (14ème siècle après JC). Pendant la dynastie Qajar (18e siècle après J.-C.), elle était gouvernée par les Khans Bakhtiari.

La ville de Yazd est située dans la partie orientale du centre de l’Iran, sur le haut plateau désertique qui forme une grande partie du pays. Au milieu de l’immense désert, Yazd conserve son excellence en matière de religion, de traditions et d’architecture. Reconnu par l’UNESCO comme détenant l’une des architectures les plus anciennes du monde.
Le mot Yazd signifie fête et culte. La ville de Yazd a résisté aux changements d’urbanisation moderne et a conservé sa structure traditionnelle. Les caractéristiques géographiques de cette région ont amené les gens à développer des styles architecturaux particuliers. Pour cette raison, dans la partie la plus ancienne de la ville, la plupart des maisons sont construites en briques crues et ont des toits en forme de dôme. Ces matériaux servent d’isolant empêchant la chaleur de passer.

L’existence de structures de ventilation spéciales, appelées Badgirs, sur les toits est une caractéristique distinctive de l’architecture de cette ville (Un Badgir est une structure élevée sur le toit sous laquelle, à l’intérieur du bâtiment, se trouve une petite piscine). C’est pourquoi Yazd a présenté son identité stable au pied du Shir Kooh, à 4 000 mètres d’altitude.

La mosquée Jame (mosquée du vendredi) couronnée par une paire de minarets, la plus haute de Perse, la façade du portail est décorée de haut en bas d’éblouissants carrelages à dominante bleue. À l’intérieur se trouve une longue cour à arcades où, derrière un Ivan profond au sud-est, se trouve une chambre sanctuaire. Cette chambre, sous un dôme trapu carrelé, est superbement décorée de mosaïques en faïence : son grand mihrab en faïence, daté de 1365, est l’un des plus beaux du genre qui existe.

La mosquée a été en grande partie reconstruite entre 1324 et 1365 et constitue l’un des bâtiments les plus remarquables du XIVe siècle en Perse. Le carrelage a été récemment restauré avec talent et une bibliothèque moderne a été construite pour abriter la précieuse collection de livres et de manuscrits de la mosquée.

31/ Zanjan

La province de Zanjan s’étend sur 21 841 km2 (8 433 milles carrés) au nord-ouest de l’Iran et sa capitale est la ville de Zanjan. Il est délimité au nord-est par la province de Gilan, au nord par les provinces d’Ardabil et de l’Azerbaïdjan oriental, au nord-ouest par l’Azerbaïdjan occidental et à l’ouest par les provinces du Kurdistan, au sud par la province de Hamedan et à l’est par la province de Qazvin.

Cette province est l’un des centres industriels de l’Iran en raison de sa position géographique stratégique. Il se trouve à 330 km au nord-ouest de Téhéran, relié à celui-ci par une autoroute ; et la ville de Zanjan est la ville la plus importante après Tabriz, qui est l’une des villes les plus industrialisées d’Iran.
Zanjan est célèbre pour ses raisins sans pépins. Zanjan est connue pour ses magnifiques objets artisanaux tels que les couteaux, les sandales traditionnelles appelées « Charoogh » et « Malileh ». Malileh est un artisanat réalisé avec des fils d’argent. L’artisanat comme les plats décoratifs et les bijoux en argent sont des caractéristiques de Zanjan.
Dans les temps anciens, Zanjan était connu pour ses couteaux inoxydables et tranchants. De nombreux villageois sont aujourd’hui des tisserands de tapis traditionnels. C’est peut-être l’artisanat le plus populaire de Zanjan. Zanjan possède également une incroyable grotte appelée « Katala Khor », qui se trouve à proximité du Sultanieh.

Dans la Géographie de Ptolémée, la ville est appelée Aganzana. On dit que le premier roi sassanide Ardashir Ier a reconstruit la ville et l’a appelée Shahin, mais plus tard elle a été rebaptisée Zangan, dont le nom actuel est la forme arabisée.

Sultanieh est un site historique très important dans la province de Zanjan, qui est le mausolée d’Oljeitu Khudabandeh et a été construit à Sultanieh en 1304-13 CE.

× Comment puis-je t'aider?